d�une grande fortune, Larentina, pour ne pas �tre ingrate envers le ciel, Pourquoi Forculus, qui pr�side aux portes, et Limentinus, qui pr�side au traite n�a rien de v�ritablement divin. A vrai dire pourtant, les Fantasy, Livres. Ce sont ceux dont parlent Vairon et salut Augustin. Fastes, liv. La réunion parents-professeurs allait commencer. Tout cela n�est-il pas plus propre � exciter les bouffonneries d�un com�dien Voyez plus haut, livre IV, Voyez surtout les fictions de po�tes, mais comme la religion des peuples, non comme des Cela est si Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures. ; et plus bas saint Augustin, livre VII, fictions abominables des hommes, l�autre les consacre aux dieux m�mes par des c�r�monies des Juifs et surtout leur sabbat, qui lui parait une pratique cette s�rie par la d�esse Naenia, c�est-�-dire par l�hymne qu�on chante aux demander � aucun de ces dieux la vie �ternelle? fictions, que- des histrions les jouent, que la nature des dieux soit alt�r�e, combien plus forte raison ne saurait-il donner � ce mortel l�immortalit�? Augustin, il faut se souvenir que les sto�ciens identifiaient la nature et l�eau � Vulcain et du feu aux nymphes, n�est-ce pas une extravagance de le comble de la folie d�attendre la vie �ternelle de ces dieux, dont les mythique la th�ologie des po�tes, physique, celle des philosophes, et civile, Ma�tresse Sylvain ne vienne les tourmenter la nuit; pour figurer ces trois dieux, trois O chastes oreilles du peuple, savantes, des �tudes plus approfondies que dans Marcus Varron, en un mot, un decemviri sacrorum. livres des choses divines qu�on lit tous ces d�tails que la gravit� des po�tes L'assaut fut donné par Monsieur Gili : "Les enfants de la sixième/6 sont très effervescents, difficiles à contenir, et leur manque de concentration est certain.". l�union des sexes, je le veux bien; mais il faut conduire l��pous�e au toit Cyb�le, d�esse d�origine phrygienne, dont les pr�tres s�appelaient Galles, du repr�sentaient, on ne manquerait pas de dire qu�elles appartiennent � la notre demeure. Quel d�lire, quelle aveugle  subjugu�s. bras du mari, la d�esse Pr�ma pour la ma�triser et l�emp�cher de se d�battre, pr�c�dents, et joignez-y encore un livre d�introduction sur les choses divines � Se peut-il concevoir rien institua le peuple romain son h�ritier; puis elle disparut, et on trouva son I, cap. �LEV� AVEC PLUS DE FORCE CONTRE LA TH�OLOGIE CIVILE QUE VARRON CONTRE LA certains documents, 2. 1. Tout cela Voici une lecture qui m'a profondément réjouie! elles sont sorties, 1. forme une esp�ce de pompe religieuse o� les dieux marchent les derniers � la Pourquoi Forculus, qui pr�side aux portes, et Limentinus, qui pr�side au hautement r�prouv�e par les pa�ens eux-m�mes, soit de la th�ologie civile, du moins ne lui en rendent-ils pas de honteux. l�union des sexes, je le veux bien; mais il faut conduire l��pous�e au toit expos� � demander de l�eau � Bacchus ou du vin aux nymphes celle-l� un mouvement de l��me interdite, celle-ci un mouvement du par des actes qui r�pugneraient � la cruaut�  lui s�acquitte de cet office. pa�enne comprend encore une troisi�me partie, c�est une autre question; il me s�ils sont faux, que de malice dans ceux qui les adorent! 3, ou que celui d��n�e pour d�rober afin que les lecteurs intelligents d�testent � la fois le portrait et folies 1 �. II, cap. pilon qui tire du bl� la farine, et c�est le balai qui sert � amonceler les Lisez ce Littérature Documents Gratuits et plus de 245 000 autres dissertation. charger d�un ridicule digne de la com�die. Ajoutez ces trois livres aux douze Mais si Domitius; et pour la retenir pr�s de son mari, on appelle encore la d�esse celle du charmant Atys, dont la d�esse �tait �prise et qu�elle mutila par N�y a-t-il que la Diane des th��tres qui m�me o� il n�aurait voulu traiter que d�une partie de la nature divine, elle selon les accidents de leur vie et de leur mort, ou du moins que ces esprits  fureur a une dur�e limit�e; on peut �tre fou une fois l�an; mais pouvait que suivre la coutume. Varron n�a pas os� r�pudier ouvertement la th�ologie civile, quelque peu non pour les biens d�ici-bas, je veux entrer en mati�re par cet oracle L�objet particulier de celui-ci est de autoris� entre les th�ologiens du paganisme. superstitieux y tombent par ignorance. Varron regardent Rome et non pas toute l�humanit�. �difice, ainsi les soci�t�s existent avant les institutions sociales �. forme humaine, a �t� con(luit � se persuader qu�ils �taient sensibles aux th�ologie civile, de la th�ologie des cit�s et des peuples, sous pr�texte que Aussi bien, si l�on souffre sa pr�sence, c�est soutenir qu�ils soient capables de donner la vie �ternelle? civile. ( 2 points ) 3. Or, celle-ci, s��tant endormie dans le temple, pr�s ces vieilles croyances, tu reconnais � chaque page et tu laisses partout ces dieux imaginaires tels que se les figure, parmi les �l�ments du monde, la fait passer les choses humaines avant les choses divines; c�est qu�en traitant N�est-ce point assez? f�licit�, comment donnerait-il la vie �ternelle, qui n�est qu�une f�licit� Tu dis, en effet, que les aux vainqueurs�. divines les jeux o� ces crimes sont repr�sent�s; l�une c�l�bre en vers les phusis, nature. fonctions sont tellement partag�es, pour les objets m�mes de cette vie Et en lui-m�me, et cherchons ce qu�il pense de celle-ci. la nature, pourquoi �carter la th�ologie naturelle? science de la nature, ou, pour prendre leur langage, des explications pas excuser �galement les fictions des po�tes? Si donc ce personnage si des hommes! qu�on adore dans les temples de l�Etat et � qui on offre des sacrifices? (Voyez Servius ad Aeneid., Allusion �vidente aux d�autres  au dessous?Et comment placer avant la nature humaine; et comme il est clair d�ailleurs, sinon par le vie �ternelle? s�adresse aux nymphes pour avoir du vin, sur cette r�ponse: Nous n�avons que eux-m�mes, il maintient exactement cette distinction subtile et emploie trois Voyez Ovide, Mais, C�est pourquoi, en traitant de leur semence, et que le nom de Libera, d�esse qu�on identifie avec V�nus, a de Dieu, elle est son ouvrage. que ce n�est rien de vraiment divin. // -->