Retrouvez la suite de C politique présentée par Karim Rissouli avec Laure Pollez, Camille Vigogne, Anelise Borges et Thomas Snégaroff. I l ne se passe guère de jour sans nous apporter de nouvelles attestant le rôle capital de la jeunesse dans la politique. Cela semble provenir du contexte familial dans lequel la politique n'est pas une des préoccupations principales. Pour les lecteurs d’Alexis de Tocqueville et son œuvre majeure De la démocratie en Amérique, c’est le retrait des individus démocratiques dans la vie privée qui expliquerait la distance avec la politique. Plus de décryptage, d'analyse et d'expertise pour une meilleure compréhension du nouveau monde qui nous entoure. Qu’il s’agisse de la Chine populaire, de l’Indonésie, de l’Amérique latine ou des Pays-Bas, des groupements de jeunes apparaissent à l’avant-garde des combats politiques. Les projets de Royal et Hollande me faisaient peu rêver, c’était une gauche trop molle pour moi, mais “voter, c’est important” + “pas Sarko” = vote de dépit. De même, il ne semble pas falloir compter sur l’école pour susciter l’intérêt des jeunes pour la politique. L’apathie générerait un désengagement général. Certaines se disent qu’il vaut mieux minauder ou faire preuve de patience, c’est plus payant. Aujourd’hui, le nombre de contaminations est dix fois moins élevé. En politique, domaine très masculin jusqu’à la fin du XXe siècle les hommes ont toujours établi les normes et les codes. “A l'époque on pense tous ce que ça ne fonctionnera pas, que c'est une situation contre nature puisqu'on est, je veux dire les gaullistes, partisans d'un président fort, et on se rend compte au moment de la mise en œuvre de la première cohabitation qu'en réalité, dans la Constitution, le pouvoir est entre les mains du Premier ministre. ASSISTER À L'ÉMISSION Faible niveau de connaissance politique : les jeunes sont de moins en moins éveillés à la politique. Dis moi pour qui tu votes, je te dirai quel JT tu regardes, quelle radio tu écoutes et quels journaux tu lis. Une personnalité culturelle livrera également son regard sur l'actualité. Invité de l'émission Quotidien sur TMC jeudi 10 septembre, Nicolas Sarkozy a été accusé de racisme par de nombreux téléspectateurs après une phrase prononcée au cours de son interview. Dernier numéro de la saison ce dimanche pour l’émission politique de France 5 dont les audiences n’en finissent plus de grimper. Nous avons surtout tenu bon ensemble. Cela veut dire que les règles qui étaient claires, nous nous y sommes tenus.